Critique de l'anti-complotisme institutionnel

De Wiki ReOpen911.

A cause des complotistes, il est difficile d'aborder sérieusement certains sujets. Il faut néanmoins savoir repérer les imposteurs de l'anti-complotisme.


Ils ne luttent pas contre le complotisme mais contre l'esprit critique. Ils s'efforcent de discréditer les sceptiques en les mettant dans le même panier que les vrais complotistes. Ils relaient la communication gouvernementale et s'appuient principalement sur l'anti-racisme institutionnel (représenté par Pierre-André Taguieff et Caroline Fourest) et le rationnalisme institutionnel (représenté par Gérald Bronner et la Tronche en Biais).


L'anti-complotisme institutionnel repose sur l'inversion de la charge de la preuve : ce n'est pas aux sceptiques de démontrer qu'un gouvernement nous a menti, c'est au gouvernement de démontrer ce qu'il nous demande de croire.




  • Le complotiste croit sans preuve, le sceptique a besoin de preuves pour croire.
  • Le complotiste pense détenir la vérité, le sceptique la cherche.
  • Certains voient des complots partout, d'autres voient des complotistes partout.
  • Certains croient tout ce qu'ils lisent sur internet, d'autres croient tout ce que disent les gouvernements.
  • Certains sont persuadés que "la vérité est ailleurs", d'autres ont envie de croire qu'elle est là où on nous l'a dit.
  • Les racistes qui se font passer pour des laïques n'ont pas compris ce qu'est la laïcité. Les scientistes n'ont pas compris ce qu'est un consensus scientifique.
  • Le crédule, il lui faut des raisons pour douter (il y en a plein mais il ne veut pas les voir), alors que le sceptique, il lui faut des raisons pour croire (on attend toujours qu'on nous les montre).
  • Ils ont critiqué l'utilisation abusive de l'accusation de complotisme


Outils personnels