Gérald Bronner

De Wiki ReOpen911.

Bronner.jpg

Le sociologue Gérald Bronner est membre du comité de parrainage de l'AFIS (une association qualifiée de lobby pro-OGM par un ancien membre de son Comité scientifique) et du conseil scientifique d’Areva. Il s'efforce de convaincre l'opinion que ceux qui se méfient des OGM, du gaz de schiste, et du "progrès technique" en général sont des crédules, des croyants. Il s'interroge dans son dernier livre : "Qui sait si telle recherche sur tel OGM aujourd'hui ne permettra pas de découvrir des formes d'organismes végétaux compatibles avec un voyage interstellaire ?"


D'après lui, les risques sanitaires sont très exagérés, le principe de précaution est utilisé de façon abusive, et les lanceurs d'alerte sont des farfelus.

Voici l'une de ses conférences devant des représentants de l'industrie pharmaceutique, ou celle-ci donnée pour des semenciers.

L'universitaire Fabrice Flipo a répondu à son livre La démocratie des crédules dans cet article publié sur Slate.fr.

Le journaliste Stéphane Foucart a démontré dans un article publié dans Le Monde que le sociologue préféré des industriels était lui-même victime de certains travers qu'il reproche à d'autres.

Philippe Val regrette qu'il ait été mis au ban de la sociologie française par ses propres confrères, qu'il soit "un peu seul dans son coin".


Sur le "complotisme", Gérald Bronner conseille les sites Hoaxbuster et Conspiracy Watch, qui n'ont aucun doute sur l'assassinat de Kennedy, signe d'une certaine forme de crédulité. Le sociologue Pierre-André Taguieff (dont il dit être l'ami), y voit quant à lui un "complot réel qui semble probable".

M. Bronner qualifie également de croyants ceux qui ne partagent pas ses certitudes sur le 11-Septembre. Il part du principe qu'il n'y a aucun doute à avoir, et arrive rapidement à la conclusion que ceux qui refusent de croire sans preuve aux explications qui nous ont été présentées par l'administration Bush se laissent en fait manipuler par des biais cognitifs.




Voici l'article que nous lui avons consacré : 11-Septembre : Gérald Bronner ou le côté obscur de la sociologie

Cet article ne lui a visiblement pas plu.


Gérald Bronner reconnait lui-même qu'il ne s'intéresse pas au débat sur le 11-Septembre. Il s'est simplement rendu compte qu'en développant une analyse pseudo-sociologique pour défendre la thèse officielle du 11/9, il était régulièrement invité dans des médias, et se servait ensuite de sa notoriété pour défendre le "progrès technique" (OGM, gaz de schiste...). Pour essayer de discréditer ceux qui contestent ses croyances sur le 11 septembre, il cherche à faire un lien entre le complotisme et djihadisme, mais ce parralèle ne tient pas d'après Romain Caillet et Nicolas Henin. S'il voulait vraiment lutter contre le fanatisme, il parlerait de celui-ci qui a fait des centaines de milliers de victimes.





Politique :


Outils personnels