Ornella Guyet

De Wiki ReOpen911.

Ornella Guyet.jpg

Ornella Guyet est journaliste et militante antifasciste. Elle cherche à discréditer l'association ReOpen911 (qui milite pour une enquête approfondie sur le 11 septembre et dénonce les théories aberrantes qu'on trouve sur internet) en l'associant à l'extrême-droite (quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage). Elle pratique pour cela l'amalgame et le mensonge à répétition. Elle est tellement obsédée par le fascisme qu'elle finit par en voir partout, ce qui conduit à la banalisation du fascisme.


Puisqu'elle part du principe que nous sommes des extrémistes, elle choisi certaines informations sur internet qui donnent l'impression d'accréditer sa thèse (cf le biais de confirmation cher au sociologue Gérald Bronner). Elle cherche à faire passer pour des responsables ou pour des membres de notre association des personnes qui ne l'ont jamais été, et elle n'a bien évidemment jamais cherché à nous contacter pour nous donner la possibilité de lui répondre.


Les mêmes méthodes sont utilisées contre Nuit Debout, ce qui discrédite les antifascistes sérieux.


Elle affirme dans cet article que nous diffusons "des théories conspirationnistes". Elle oublie pourtant de dire qu'elle a admis sous le pseudo Marie-Anne Boutoleau que la version officielle des attentats du 11-Septembre était "critiquable et peu sérieuse" (1). Elle indique dans les commentaires de l'article que le MRAP nous a condamnés, ce qui est faux (2). Elle cite un blog qui voit en nous une porte ouverte sur l'extrême droite, en oubliant de dire qu'elle tient elle-même ce blog.

Suite à un de ses articles à charge publié sur le site Article XI sous le pseudo de Marie-Anne Boutoleau, Ornella Guyet s'est vu accuser par Acrimed (association de critique des médias dont elle était membre) de pratiquer "erreurs factuelles et amalgames confusionnistes, extrapolations et généralisations abusives, etc.". Refusant de répondre aux demandes d'éclaircissement de la part d'Acrimed, elle s'est fait signifier qu'elle n'en faisait plus partie, ce qui ne l'empêchera pourtant pas de prétendre en être toujours adhérente, dans les commentaires du même article.

Ornella Guyet laissa également un fameux souvenir à Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique : "Je l'ai eu comme stagiaire au Diplo et je m’en suis toujours intuitivement méfié... » [...] Elle « a passé son temps (sans résultat) à essayer de me tirer les vers du nez sur ce qui se passait à l’époque dans l’équipe du Diplo (alors quelque peu en crise) et sur les petits (et grands) secrets du journal [...] Ce qui est sûr, en tout cas, c’est qu’elle a cherché à s’infiltrer partout : LGS, Acrimed, le Diplo...". Depuis, Maurice Lemoine voit en Ornella Guyet "une pseudo journaliste dénuée de talent - sauf celui de l'intrigue". Elle est donc restée juste assez longtemps chez Acrimed et au Diplo pour pouvoir les citer dans sa bio afin de se donner une légitimité.


Pierre Stambul, coprésident de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP), a quant à lui déclaré : "Ornella dérive grave (...) c’est ... du délire".

En amalgamant toute pensée critique à l'extrême droite, elle participe au "confusionnisme" qu'elle dénonce sur son site Confusionnisme.info.

Elle fait la promotion du site Conspiracy Watch qui a pour référence Pierre-André Taguieff, un complotiste proche de l'extrême droite. Elle est donc très mal placée pour donnée des leçons d'anti-fascisme.


(1) "Jusqu'à preuve du contraire, les théories remettant en cause la version officielle des attentats du 11 septembre sont au moins aussi critiquables et peu sérieuses que cette version officielle elle-même, voir plus". Ornella Guyet a ajouté que les historiens n'ont pas encore "pu faire de vraies recherches dessus en se basant sur des archives et documents authentifiés".

(2) Elle fait référence au groupe local de Strasbourg qui s'est laissé berner par l'une de ses membres et qui a publié un communiqué en 2011, qui a été retiré depuis, et qui d'ailleurs ne citait pas notre association.


  • Un autre blog nous a qualifié d'association "d'extrême-droite, à qui peut être légitimement attribuée une bonne part de la diffusion des thèses antisémites et complotistes à grande échelle depuis dix ans".


Outils personnels